La Suisse est un pays très attractif par ses magnifiques paysages alpins, sa haute qualité de vie et son environnement naturel préservé. Son activité économique importante, la multiplicité des opportunités professionnelles et les salaires très compétitifs y pratiqués, suscitent l’intérêt de plusieurs travailleurs. Que faut-il savoir sur le monde professionnel et les emplois en Suisse ?

Pourquoi travailler en Suisse ?

Caractérisée par une économie très dynamique et un faible taux de chômage, la Suisse attire des professionnels dans divers domaines. Plébiscité par de nombreux expatriés Français, ce pays offre des salaires très compétitifs qui peuvent avoisiner, selon le profil, 80.000 à 92.000 euros l’an. 

Cela peut vous intéresser : Obtenez votre devis gratuitement en Créteil

Pour plus de renseignements sur les opportunités de travail en Confédération Helvétique, visitez des sites internet comme https://devenirfrontalier.com/travailler-en-suisse-2. Ces plateformes sont spécialisées dans l’appui et l’accompagnement pour l’emploi en Suisse. Elles vous apportent toute l’aide et les informations nécessaires à votre projet professionnel. 

Quelles exigences légales pour un emploi en Suisse ? 

Le permis de travail est nécessaire pour la plupart des expatriés désireux de travailler en Suisse. Le nombre d’autorisations délivrées par an est limité. Généralement, ce document n’est pas requis pour le recrutement par une entreprise suisse (ou pour une prestation) sur moins de trois mois. 

A découvrir également : Comment fonctionne un humidor électrique ?

Votre employeur doit, via procédure d’annonce électronique, signaler cela avant le démarrage de l’activité. Avant la prise de fonction, pour un travail de plus de trois mois, une autorisation de séjour sollicitée auprès de votre commune de résidence est impérative. 

Pour un travail indépendant, vous devez informer les autorités de votre présence, dans les 14 jours après votre arrivée. Il faudra aussi  obtenir une autorisation de travail. Dans chacun des cas, la procédure requiert la fourniture de documents spécifiques, vous permettant d’avoir différents types de permis.

Plusieurs types de permis de travail peuvent être délivrés en Suisse : 

  • permis G (spécifique aux frontaliers) 
  • permis B
  • permis C
  • permis L

Il est recommandé aux futurs frontaliers de faire leur recherche d’emploi depuis la France, d’obtenir ses entretiens d’embauche et de demander son visa après recrutement. 

Suisse : opportunités d’emploi, secteurs clés et régions avec plus d’opportunités

Pour répondre aux besoins de l’activité économique florissante du pays, diverses opportunités d’emploi existent dans tous les secteurs d’activité. Plus particulièrement, la demande est forte dans les domaines suivants :   

  • santé ;
  • tourisme, hôtellerie et restauration ;
  • Construction ;
  • informatique et numérique ;
  • industrie et environnement ;
  • finance.

Des recrutements sont généralement plus demandés à Genève, dans le Vaud et en Suisse centrale. 

Comment rédiger un CV adapté au marché de l’emploi suisse ?

Pour maximiser vos chances de travailler en territoire helvétique, votre curriculum vitae doit contenir les mots clés spécifiques au poste de candidature et à votre profil. Mettre en lumière vos aptitudes linguistiques est aussi important, car la Suisse est divisée en cantons avec des langues spécifiques. Une présentation fluide et élégante en Verdana ou Calibri, une photo de présentation professionnelle et votre situation matrimoniale sont des points importants. 

Vivre et travailler en Suisse : quelles mesures prendre ? 

Les offres immobilières y sont diversifiées et convenables à toutes les bourses. Étant travailleur immigré, vous êtes systématiquement intégré dans le système des assurances. Mais toutes les cotisations sociales ne sont pas déduites du salaire. 

À votre prise de fonction, vous devez souscrire un contrat d’assurance-maladie privée pour vous et votre famille. L’assurance accident privée est à votre charge si vous avez moins de 8 heures de travail. Au-delà, vous êtes assuré par votre employeur et la cotisation est prélevée sur le salaire.